Phrase qui tue

Une phrase qui tue prononcée par un Homme politique, journaliste, artiste ou Homme publique. El Journane saisit les phrases incroyables que prononcent certains; dures ,inacceptables ou complètement à côté de la plaque.

 -------------------------------------------------------------------------------------------

Ahmed Ouyahia, premier ministre, en marge de l'ouverture de la session d'automne de l'APN: "Les actes terroristes, que nous avons vécus ces dernières semaines, témoignent d'une nette progression de la destruction du terrorisme",  le 4 septembre 2011.


Bouabdallah Ghlamallah, ministre des Affaires religieuses et des Waqfs au sujet du livre de Benchicou (Le mensonge de Dieu): "Les plumes qui ne respectent pas autrui ne méritent pas de respect. Celui qui vit dans un pays musulman et qui ne respecte pas ses valeurs est comparable à une personne qui fait ses besoins publiquement. C'est une position nauséabonde".

 

Cheb Khaled:"Les révoltes à la Che Guevara sont révolues[...]certains nouveaux «révolutionnaires» veulent à travers ces mouvements, exprimant certes un mal de vivre, renverser les rôles. Vous conviendrez avec moi qu’un vendeur de cigarettes ne peut pas devenir du jour au lendemain un raïs." Au sujet du printemps arabe dans une interview d'El Watan week-end, 22/07/2011.

 

 Le département de Bouabdallah Ghlamallah, ministère des Affaires religieuses et des Waqfs, a mis en garde les citoyens contre les conséquences de se rendre à outrance à la plage durant le Ramadhan, car ceci pourrait rendre vain leur jeûne soit en avalant de l’eau de mer soit en tombant dans le piège de la tentation.  Echorouk Online du 11/07/2011

 

Le ministre de l'éduction nationale Aboubakr Benbouzid a déclaré "le bac algérien est meilleur que le bac français". Echorouk 9 juillet 2011. 

 


Tayeb Louh, ministre du travail et de la sécurité sociale, reçoit le 23 juin 2011 la délégation du comité national pour la défense des droits des chômeurs, non pour satisfaire leurs doléances, mais uniquement pour les menacer directement s'ils ne se retirent pas du syndicat SNAPAP et les traiter de"...mal-élevés et manipulés par des organisations politiques..." El Watan 26/06/2011

 

Medelci avoue l'absence d'état de droit..."Le retour à l'état de droit qui permet de manière totale l'expression des opinions." (en parlant de la suppression de l'état d'urgence). Mourad MEDELCI, Ministre algérien des Affaires étrangères sur Europe 14 février 2011.


Le ministre des affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah, a demandé à tous les imams d'informer que "l'immolation est un péché grave qui peut conduire en enfer". El Khabar, 21 janvier 2011.

 

"Le hadj n'est pas un voyage touristique, mais plutôt un voyage pénible et une forme de djihad qui demande un effort physique et moral" Bouabdallah Ghlamallah, ministre des Affaires religieuses et des Wakfs. Intervention samedi 4 décembre 2010 sur la chaîne III, en réponse aux accusations et aux critiques des milliers de Hadjis Algériens qui ont vécu un cauchemar à la Mecque à cause de leur prise en charge chaotique (une vingtaine de décès ont été déplorés).

Abdelaziz Bouteflika : " La France n'a pas accepté l'indépendance algérienne...et Mohamed VI est un incapable" (WikiLeaks).

 

L’ancien ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil (lors de la cérémonie de célébration du 50e anniversaire de la création de l’OPEP) a éclaté de rire quand un journaliste lui a demandé s’il avait été convoqué par la justice pour les affaires de corruption qui ont touché récemment Sonatrach... (El Watan du 12/10/2010)


« La liberté est assurée en Algérie.Seulement, cette liberté ne concerne que la politique et non la religion».Bouabdallah Ghlamallah, ministre des Affaires religieuses  lors d'un séminaire de formation des imams et des mourchidate le 09/08/2010.

 

  Aucune personne n’a faim en Algérie" par Ghlamallah Bouabdallah ministre des Affaires religieuses au forum d’El Moudjahid - 10/05/2010

 

"Aujourd’hui, la patrie reconnaissante s’incline devant sa mémoire et salue l’intelligence et le brio qui l’ont toujours distingué des autres. Adieu, mon Général!" Ahmed FATTANI journaliste à l'expression  article du 30.01.2010 "un homme d'Etat s'en va" au sujet du décès de Larbi Belkheir.

J’ai entendu certains dire qu’ils regrettaient que les diplômés partent à l’étranger, eh bien qu’ils aillent !(...) tant qu’on ne peut pas leur assurer ce qu’il faut ici alors ils ont raison de rejoindre l’étranger (…) C’est de la responsabilité du pays et de la société de leur procurer le nécessaire” Lakhdar Brahimi, diplomate algérien à l’Ecole Ploythechnique d’Alger le 23/12/2009

 

« La plupart de nos élus sénateurs sont des commerçants sans un niveau intellectuel qui leur permet de débattre d’un texte de loi. » Ancien sénateur du FLN dans une interview d’El Watan week-end.

 

"L'Algérie n'est pas riche!". Ahmed Ouyahiya, Premier Ministre. Tripartite du 2 et 3 décembre 2009.

 

« Il n’y a pas de pauvres en Algérie ! Ce n’est qu’une invention des médias" par Ghlamallah Bouabdallah ministre des Affaires religieuses lors de son intervention dans l’émission « Nikat alalhourouf », sur les ondes de la Radio algérienne nationale. 25/08/2009

 

"Ils ne sont pas dans ma poche !"À la question d'une mère de disparu qui l'interpellait sur la disparition de son fils, Abdelaziz Bouteflika eut cette réponse. 1999, lors de la campagne pour le référendum sur la concorde civile.

9 votes. Moyenne 4.67 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site